Poème de Dragomir Petrov, sur une Etoile de Carla Bruni

Publié le par Σαπφώ Urvoy.

Entre le printemps et l'automne...

 

                                        À nouveau arrive jusqu'à moi la senteur

                                        des feuilles qui doucement pourrissent.

                                        Je ferme les yeux. Je tressaille. Et je meurs.

                                        Mais quelque part demeure le frisson

                                        d'une chute de feuille, l'âcre fumée

                                        du bois mouillé, et le crépuscule peuplé

                                        des outils de jardinage remisés. Je porte

                                        la douleur d'une icône dérobée.

                                        Des cognassiers s'exhale un parfum

                                        de feuilles, de neige et de chaud crépuscule.

                                        Et moi je passe entre l'automne et le printemps...

 

                                        Sous les platanes de la Sicile, je plongeais

                                        dans la fraîcheur des maisons du Sud.

                                        Mais en hiver, sous la pluie, du brasero

                                        s'élevait la senteur des feuilles pourrissantes.

                                        Et je cherchais sur les visages des jeunes filles

                                        et des madones les traits d'une icône dérobée.

                                        La braise embaumait. Mais, sous le ciel,

                                        les oliviers ne connaissaient pas la senteur

                                        des feuilles qui doucement pourrissent.

 

                                        De la tour Péritéorion*, dans les Rhodopes,

                                        Ephrosine** m'a jeté sa tresse blonde.

                                        Devant la rutilance des tapis bigarrés

                                        le vin de framboise avait le parfum

                                        des feuilles mortes qui doucement pourrissent.

                                        Mais les yeux d'une icône dérobée

                                        me brûlent. Et je chemine, chemine...

                                        Et ma route, qui très vite arrive au tournant,

                                        passera entre le printemps et l'automne.

 

                                        De partout arrive jusqu'à moi la senteur

                                        des feuilles qui doucement pourrissent.

                                        Je ferme les yeux, j'oscille comme ,une cloche. Je respire.

 

      * Péritéorion : Résidence du voïvode Momtchil, souverain des Rhodopes (XIV° siècle). Aujourd'hui en Grèce.

      ** Selon les chansons populaires, Ephrosine pour sauver son frère Momtchil encerclé par ses ennemis lui jette, du haut de la tour, sa longue tresse blonde. )

 

Dragomir Petrov † Entre le printemps et l'automne... (tiré de Poèmes, Pierre Seghers)

Traduction de Violette Ionova, présentation par Pierre Seghers.

 

 

Nicolas Urvoy.

 

(d'amours Mélanie Laurent)

 

model : Carla Bruni - photographe : Helmut Newton.
model : Carla Bruni - photographe : Helmut Newton.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article