Poème d'Edgar Degas.

Publié le par Dr. Urvoy Nicolas, également poète et philosophe, astrophysicien, traducteur, linguiste, peintre, psychanalyste et gamer.

"Berges de la Seine à Chatou", Huile sur toile de Maurice de Vlaminck.
"Berges de la Seine à Chatou", Huile sur toile de Maurice de Vlaminck.

V

 

                                          Il semble qu'autrefois la nature indolente,

                                          Sûre de la beauté de son repos dormait,

                                          Trop lourde, si toujours la grâce ne venait

                                          L'éveiller de sa voix heureuse et haletante.

 

                                          Et puis, en lui battant la mesure engageante,

                                          Avec le mouvement de ses mains, qui parlaient,

                                          Et l'entrecroisement de ses pieds qui brûlaient,

                                          La forcer à sauter devant elle, contente.

 

                                          Partez, sans le secours inutile du beau,

                                          Mignonnes, avec ce populacier museau,

                                          Sautez effrontément, prêtresses de la grâce!

 

                                          En vous la danse a mis quelque chose d'à part,

                                          Héroïque et lointain. On sait de votre place

                                          Que les reines se font de distance et de fard.

     

Poème extrait du recueil Huit sonnets,

d'Edgar Degas.

 

)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article