Poème de Robert Rojdestvensky

Publié le par Dr. Urvoy Nicolas, également poète et philosophe, astrophysicien, traducteur, psychanalyste et peintre.

CERN Accelerators (France)
CERN Accelerators (France)

 

PRIERE DE L'INCA

AU SOLEIL QUI S'EN VA

      Je le comprends très bien 

      la journée

      a été fatigante

                        pour toi...

      La nuit

                       a si peu

                                          de teintes !

      Tu vois :

      l'univers devient noir !

      Les vents noirs

                             se déchaînent.

      Dans l'herbe

      la rosée

      éclot.

      Les branches

                        noires et sèches

      me visent

      droit dans les yeux.

      De noires révoltes

                                          mûrissent

      chez le plus asservi

                                          des esclaves.

      Le long

                        des noires

                                          pistes

      glisse

                             le corps

                                          noir

                                                                              du cougouar...

 

      Reviens, s'il te plaît !...

 

      Les étoiles clignotent

                                                nerveusement.

      Et chacune

      est comme un reproche.

      Les crêtes

      noires

      des monts

      sur le ciel noir se détachent.

      Les oiseaux noirs ne croassent plus.

      La terre

                              est noire et vide.

      La noirceur s'amasse

                                         et remue

      dans le fleuve,

      insondable abîme.

      L'eau

                        est impidente

                                          comme la peste.

      Elle

      m'a recouvert...

      La nuit a

                                          certainement été faite

      pour l'attente

      de la lumière...

 

      Reviens, s'il te plaît !...

 

      Pour les clameurs

                                          vit le silence.

      Le serpent

      naît pour les ailes.

      Le calme

                        est créé pour la tourmente.

      Et le feu 

      pour les gels...

      Les hommes

                        dans leur sommeil

      roulent

      du joug

                        nocturne

                                                le poids.

      Des larmes incolores coulent

      sur les rides noires

                                                de l'Inca.

      En râlant

      et en souffrant

      ce n'est pas pour rien

      que pendant la nuit

                                          l'on meurt...

      Je suis plein

                        du nouveau demain !

      En toi

      je crois

       très fort !...

 

      Reviens, s'il te plaît ! (sic)

 

 Poème intitulé Prière de l'Inca au Soleil qui s'en va,

tiré du recueil Sérieusement, de Robert Rojdestvensky.

 

 

« Poète, tel es-tu ; la liberté, c'est toi !

Car ton cœur ne se plie à nulle humaine loi. »

 

Extrait d'un poème de 1833 d'Alexandre Pouchkine

 
)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Evy 24/07/2017 20:42

Très beau poème au plaisir bonne soirée

Nicolas Urvoy 26/07/2017 17:46

Merci à vous.