Lausanne, Psychanalyses ‡ traîtements ‡ z-et conclusions concernant-un cas désespéré : Michel Onfray® (2/4)

Publié le par Sara ‡ Gabriel ‡ Nicolas ‡ la Suisse ‡ et l'pôle Nord !

Nicolas Sarkozy (alias un toutou français, nommé Michel Onfray®)

Nicolas Sarkozy (alias un toutou français, nommé Michel Onfray®)

Lausanne,

Rapport de psychiatrie vitaliste

Du 02/02/17.

 

Cher nous,

 

  Voici venu le temps de se recueillir, sur les fesses, de Michel Onfray® :

 

Analyse propédeutique et à caractère carcéral, mais non-analytique,

du passif, lu et adjugé, par mes soins, du présentable Michel Onfray®,

au regard des reportages sur lui, sa mère, et son père.

 

- Premier temps : un peu d'arithmétique, ou du sexuel de Michel !

 

  Du rapport de suffisances, ou des arithmétiques des Soi !? À savoir que dans l'ouvrage psychiatrique "La Sculpture de Soi", Michel Onfray® nous propose, (mais bien évidemment-il ne l'a pas-écrit, j'en connais l'auteur, il est-aussi Gay (?!), sado-masochiste et sot (d'à l'époque)) de traiter, d'instruire à son endroit (le meilleur apparemment !) --- de ses combles fruités ! Sauf qu'à l'évidence, et le propos est simple : être (et non devenir) plus fort qu'autrui, doit vous offrir (sic) une ivresse morbide de classe supérieure... étant donnée qu'une ivresse morbide, apparemment, ressortirait d'une esthétique ! (telle est cette fameuse morale (prétendue telle) dite : esthétique !)

   Le fait-est, bien évidemment que je sais, de source confirmative sûre, et de par mes propres rencontres publiques : Que les propos psychanalytiques-et psychiatriques que je tiens-à ce sujet, sont légitimes-et fondés en loi (id est en nature).

   Les thèses avancées à la fin de "Psychopathologie chromatique" s'appliquent-ici même (ici m'aime !), mais la schizophrénie ni la paranoïa ne sont-en mesure de rendre compte des états mentaux du patient. Aussi, des précisions supplémentaires sont-écrites et je l'espère, sont z-et resteront-exceptionnelles, d'à ce cas.

   Il s'agit selon moi d'un cas exceptionnel de rupture chromatique émotionnelle forte, pour ne pas dire, absolue ! --- car je crois qu'il s'agit, d'une rupture structurelle.

   Le patient est dangereux, et pratique : l'inhumanisation forcée. Il souhaite se reproduire par monstruation --- en souhaitant vomir-en l'âme, de la vie.

   Son soucis est le suivant : "Comment puis-je me déguiser de manière à pouvoir m'introduire, dans la fange ?" Bien évidemment, la fange est-à ces-yeux (ses orbites non visuels mais de vu (sic)) l'âme de ses prétendus-alterégos car il ne pense pas en termes d'humanité mais-en termes physique (si je puis dire) à savoir en termes d'avancées-reculements. Il l'a d'ailleurs dit très précisément dans des interviews : "plus-on avance, plus-elles reculent" étant sa conclusion dite philosophique du rapport prétendu de recherche amoureuse d'entre et d'avec des-entités féminines. Vous noterez-immédiatement que le patient n'est pas-en "réalité" partagée d'avec ses semblables, mais-en néantisation du réel ou, recherche arithmétique des plaisirs solitaires. Son rapport aurait pu s'arrêter-à masturbation, mais-est malheureusement-un rapport de monstration. Je m'explique : Michel, notre petit Michel, est terrorisé par l'idée que son sexe soit refusé. Il croit que ce petit sexe est-insuffisant. Et de manière à se venger (cruellement) de cette projection (!), Michel souhaite souiller-en l'âme des-autres afin de se reproduire. Il croit, d'à l'opposé de toute évidence et toute vérité vitaliste, qu'il peut déféquer-en l'âme de ses sujets, c'est-à-dire ceux qu'il choisit comme tels par mégalomanie de type débile, (car en contrevenance d'avec ses propres-arithmétiques (!)) et par ainsi, se reproduire mentalement-à défaut de pouvoir le faire, physiquement. Son homosexualité est-extrême, c'est-une "animalité" à caractère anale ou, une inhumanité lesbienne fausse (ne pouvant-à ses yeux (ses orbites non visuels mais de vu (sic)), se rendre compte, d'une essence ou vulgairement d'un réalité : femme.)

   Il sévit sur toute actionnisme en contact de manière spontanée --- ne pouvant rien --- et se trouvant-essentiellement faux. La liberté, est pour lui une réalité élitiste qu'il ne partage qu'avec lui-même, et dont les simples mortels sont dépourvus (!). Son mépris, ne se pouvant pas-être de haine (de vie (sic)), se voit contraint d'être une humiliation permanente et sexuelle car il croit, que la sexualité qu'il croit vivre comme sienne, est celle de la vie, du vivant, et des Dieux.

   Bien évidemment, et je l'écris pour lui : il ne s'est jamais reproduit, car ce qu'il croit être n'est pas, devient, et qu'il ne s'agit pas d'une identité, mais d'un néant sartrien non peuplé. L'humanité, c'est les étoiles et lui, vit dans merde. C'est ceci, qu'il croit juste, car il sent, qu'il devient ! Mais non homme, et non femme, non-enfant, ou lesbienne... mais glacière, bouillabaisse, non-fondance, fructition : mais d'une pierre. Il se gerbe d'azurs, mais ses-"ures" (ou concepts de l'étymologie grecque ouron (« urine »)) sont ses larmes de coeur. Il croit, qu'elles sont belles (!), car il croit qu'elles sont Dieux, et qu'il offre en torture (en torturant-autrui !), ses orbites-à l'ici, z-et ses gloires-à l'y ça, sans savoir que ses ruts, sont des fruits : défendus, et que "haine de la vie", point n'"existe" pour lui qu'en son âtre néante (sic) et son "coeur" nostalgie, car il sait qu'il fut-autre et qu'il fut : dans la vie. (cf. Jacques Lacan et Mélanie Klein : "La psychanalyse des enfants")

   J'ai personnellement suivi cette personne sur Internet durant (malheureusement) des années, et j'ai bien évidemment subit toutes les tortures dont j'ai parlé mais aussi d'autres dont je parlerai et conclus ici par ce constat : ce cas est monstrueuses (sic), et doit-être effacé des présences naturelles (peine de mort par humanité plurielle).

 

 

   De tout coeur pour comprendre, à l'instar de Benedictus de Spinoza (une de ses signatures)

   - "ni rire ni pleurer --- mais comprendre."

 

   Diogène, Bacchus, Nietzsche, Mohammad-Robespierre

   Et Jésus.

   Nicolas Urvoy, psychiatre et psychanalyste à vie. (sic)

 

   Un merle --- n'est pas noir --- il est orange. )

(Allahu akbar)

اللهُ أَكْبَر

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article