Droîtes publiques ~ Droîtes privées !¡

Publié par Nicolas Urvoy ‡

"Diogène de Sinope" en 1592. Lausanne, Suisse.

"Diogène de Sinope" en 1592. Lausanne, Suisse.

Lausanne,

Rapport de Droites névralgiques

du 11/02/17.

 

Chères nounouîlles,

 

 

   Vous le savez en France, un bien dit privé peut être, à tout moment : nationalisé. Et l'Etat français ne s'en ai jamais caché. En conséquence, ce bien dit privé, est en réalité français, à savoir public, puisqu'il appartient donc à l'Etat. Mais s'il appartient à l'Etat, et non à des citoyens, à qui, de fait, appartient-il ? ne pouvant flotter en l'éther !

   Ne serait-ce tout de même qu'il appartient, à tout le moindre, à quelques personnes ? Ne serait-ce qu'aux individus en pouvoir et décidant, pour la coup, de les attribuer, virtuellement, donc, à quidam, ou quidam ? Et de quid, est privé ? Et de quid, est public ?

   Ces biens, du coup, ne sont-ils pas tout simplement-à eux, pour le coup ?

   Et donc, à nouveau, privés, mais-à eux, non à vous ! Puisqu'ils peuvent les "offrir", les "privés", les "publics", les "reprendre", les "vendre" à d'autres aussi !

 

   Ces biens, dits privés, et qui sont donc en théories les vôtres (!), que cela soit des biens dit privés, mais immobiliers, ou des soit-disant "biens", dit soit-disant "privés", dit soit-disant vôtres, comme votre corps, votre âme, vos plaisirs, vos richesses (intérieures), vos peines, vos enfants, vos liens, vos alliances, vos Dieux, vos Droits, vos Devoir, votre moral théorique, votre éthique de fait, et j'en passe et des meilleures... ne sont donc pas à vous comme l'on veut vous le faire croire mais à d'autres ! De fait. Et vous en payer loyers tous les mois tous les jours ou toutes les années en payant des Impôts Locaux, des Taxes Foncières, et autres joyeusetés sonnantes z-et tribuchantes ! (de tribu)(sic)

   Vous acquiescez donc ici à la conclusion précédente à savoir que ces biens dits privés, le sont bien et effectivement, mais qu'il ne sont pas privés aux autres et en votre Loi, mais privés à tous, et en La Leur !

   D'ailleurs, si vous souhaitez faire des travaux dans ces biens d'autrui qui sont apparemment vôtre, vous devez bien entendu en demander les autorisations municipales et attendre que les Mairies et autres joyeusetés vous disent si oui, ou non, vous en avez le Droit, et si oui ou non, vous devez pour ces luxes payer modestement un peu plus, pour votre loyer.

   Vous l'avez compris, cette France n'est pas à vous, nullement. Elle n'est donc pas aux français. Et en vérité, je vous l'accorde, elle demeure tout de même à Des français. Mais si rien, de fait, et de Droit, n'appartient aux citoyens français, vous acquiescerez là encore que rien en France ne peut être à vous ! À rebours évidemment, de votre possible Présidence de la République...

   République, en grec, signifie une chose très précise : chose publique.

   Mais tout est privé, de fait, en France. Car, au bout du compte, la France est privé. C'est un établissement commercial, une enseigne assez lumineuse, avec vous à l'intérieur, mais elle n'est pas à vous, elle est privée. Vous y travailler, vous y manger, vous y loisirer, vous y laver, et y suivez des journaux (qu'est qu'un journaux ?)(sic), télévisés, ou non, oraux, ou déformés (café du Commerce), mais en réalité, vous y êtes enfermés, et vous ne pouvez en sortir sans avoir payer au préalable un Passport, et sans être filés, de la France à où vous voulez, (et ceci est nécessaire au Projet Communiste en ce moment, comme depuis un siècle... mais j'y reviendrai) de manière à protéger les intérêts de vos dirigeants, car vous ne l'aviez peut-être pas compris, mais vous non plus, dans la tête de Nicolas Sarkozy et celle du Droit français, vous n'est pas privés, vous l'êtes, mais pour d'autres ! Ou plus simplement, vous êtes privés, vous appartenez effectivement à quelqu'un, mais ce n'est pas à vous-même, c'est aux possesseurs du Sol (ou Soleil selon certains apparemment !) en Droit International, et seulement à lui.

   Il peut donc, vous rendre votre laisse, et vous dire, de manière exceptionnelle, tu n'es plus français ! Mais d'après vous, et si vous pensez encore être en état de décider sur ce point, votre liberté possible et éventuelle, comment pouvez-vous faire pour obtenir une déchéance de nationalité ? Et bien la réponse est simple, vous ne pouvez pas. Vous appartenez à l'Entreprise France, et elle veille de très près sur ses intérêts. Car et c'est la conclusion de cet article : vous n'êtes pas un homme, vous n'êtes pas libre, vous êtes un esclave social, et une source de richesse, mais non naturelle, esclavagée.

   La France est une Prison à ciel ouvert, l'Allemagne aussi, L'Italie aussi, l'Espagne aussi et l'Europe ?

   Amusant ? Et si l'Europe était une alliance carcérale entre propriétaires de nids ? où les pucerons sont tout simplement cultivés (comme en Nature, par des fourmis)(sic), et où ces fourmilières vous donnent malheureusement les fausses impressions, d'êtres virtuels, coloriés z-et pléthores ~ Alors que vous n'êtes pas, et ni coloriés, ni même sombres amis.

   La vie carcérale est difficile, violente, mais non pseudo darwinienne ! Car l'homme n'est pas un loup pour l'homme, que Thomas Hobbes à tord sur ce point, et qu'il à repris cette idée stupide à un auteur romain, Plaute (Titus Maccius Plautus), qui en avait fait une bouffonnerie littéraire à l'endroit des foules !

   Ne vous demandez pas pourquoi la fameuse laïcité est si formidable (c'est-à-dire "dangereuse" au sens premier du Dictionnaire le Grand Robert) en ces pays et pourquoi l'interdiction de mourir à Droit de citer, de brailler, et de craintes, sur les ensembles de ces territoires, car vous devez produire des richesses pour d'autres, et non priver ces établissements de leurs ressources ! Vous n'êtes pas humain, ou plus justement, vous ne l'avez plus été, car vous le savez dorénavant, on vous avait retiré votre Droit naturel à être libre ? non ! l'on vous avait torturé dans une cage en vous lavant le cerveau ! mais vous pouvez, et vous avez toujours eu le Droit d'évidence de le pouvoir, le pouvoir de le refuser. Si un esclave avait refusé sa mise en cage et son labeur au point d'y offrir sa vie, et non sa Mort (la Mort n'existe pas (existere), il n'y a pas de Faucheuses virtuelles se baladant bras nus !?), il n'y aurait pas eu d'esclavage. Mais bien sûr, vous avez le choix.

 

   Nicolas Urvoy, soit-disant Schizophrène Paranoïaque et Homosexuel Refoulé aimant et désirant se faire sodomiser par Michel Onfray avec l'accord explicite de Nicolas Sarkozy et d'Angela Merkel (c'est à se demander si Angela est son véritable prénom !) et n'ayant jamais été mis de force en hôpital psychiatrique français ni jamais été mis de force sous traitement médical de neutralisation pendant plus de dix années (!) puis torturé jusqu'à avoir fui sur le territoire Suisse avec l'aide d'une communauté internationale de soutient politique et spirituel de mes véritables étiquette sociétales à savoir Philosophe, Poète, Neurobiologiste en puissance et Psychiatre et Psychanalyste/ Psychologue et théoricien ès Astrophysique Politique vitaliste et Histoire de l'Art. (sic)

 

 

   Un merle n'est pas noir maîs-oranges. )*   1592.

 

 

(Allahu akbar)

اللهُ أَكْبَر