Citations d'Octavio Paz

Publié le par Nicolas Urvoy

« La poésie est connaissance, salut, pouvoir, abandon. Opération capable de changer le monde, l'activité poétique est révolutionnaire par nature ; exercice spirituel, elle est une méthode de libération intérieure. La poésie révèle le monde ; elle en crée un autre. »

 

Et de poursuivre :

 

« Folie, extase, logos. »

 

Puis :

 

« Confession. Expression innée. Vision ; musique ; symbole. Analogie : le poème est le coquillage où résonne la musique du monde, et rimes et mètres ne sont que les correspondances, les échos de l'harmonie universelle. Enseignement, morale, exemple ; révélation, danse, dialogue, monologue. »

 

Extraits de L'arc et la lyre d'Octavio Paz

 

« Quand un poète trouve sa parole, il la reconnaît : elle était en lui déjà. Et lui déjà était en elle. La parole du poète se confond avec son être même. Il est sa propre parole. Au moment de la création, la partie la plus secrète de nous-même affleure à la conscience. Créer, c'est mettre au jour certaines paroles inséparables de notre être. Celles-là et non point d'autres. Le poète est fait de paroles nécessaires et irremplaçables. »

 

« Le poète transforme, recrée ou purifie la langue, pour la faire sienne ensuite. »

 

« Ce n'est pas un paradoxe d'affirmer que le poète — comme les enfants, les primitifs et, finalement, tous les hommes lorsqu'ils donnent libre cours à leur tendance la plus profonde et la plus naturelle — est un imitateur de profession. Cette imitation est création originale : évocation, résurrection et recréation de quelque chose qui est à l'origine des temps et au fond de chaque homme, quelque chose qui se confond avec le temps même et avec nous et qui, étant de tous, est aussi bien unique et singulier. Le rythme poétique est l'actualisation de ce passé qui est un futur qui est un présent : nous-mêmes. La phrase poétique est temps vivant, concret : elle est rythme, temps originel, perpétuellement se recréant. »

 

« La prose est un genre tardif, issu de la défiance de la pensée devant les tendances naturelles de la langue. La poésie appartient à toutes les époques : c'est la forme d'expression naturelle des hommes. Il n'existe pas de peuples sans poésie ; il en est qui ignorent la prose. »

 

Extraits de L'arc et la lyre d'Octavio Paz

Publié dans Autres

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article